Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
8 mai 2007 2 08 /05 /mai /2007 16:18

Le blog a-t-il un dehors?

Et en plus elle fume.

Repost 0
Published by murcia - dans murcia
commenter cet article
8 mai 2007 2 08 /05 /mai /2007 10:03

Autant dire que les blases en question ne sont pas rasoir. Et que je les admire d'autant plus. Mais pour me distinguer du Blase que tant j'aime, car il faut se distinguer, je vais créer le blase éternel adaptable en toute circonstance qui vaudra pour tous et je l'appellerai mon blase, murcia. Comme il n'est pas docile, il me montrera sa queue. Quant à être une conception opposé du blase, pour que la dialectique soit franche et complète, il faut que ce soit bien toponymiquement et historiquement situé, suivable à la trace, à l'archive et sachant qu'un chien errant ne revient pas sur ses propres pas. J'étais moi-même dans un bordel où je m'étais perdue. Et là j'attendais le client. Non, je n'avais pas affiché les prix de l'amour et oui, je parlais de la politique en le faisant et me réflechissant avec une autre paire de chaussures - mais où l'avais-je remarquée, par inadvertance? Bordel philosophique, oeuvre de Picasso, commerce des plaisirs. Je ne vois aucune raison de se tuer au travail.

Repost 0
Published by murcia - dans murcia
commenter cet article
2 mai 2007 3 02 /05 /mai /2007 15:03

Et avec Linda, le monde entier c'était, de l'embrasser, le monde entier l'enjeu de faire fusion, de jouer nos corps aux énergies de l'atome. Les grands enjeux de l'univers dans la nuit scandinave, scandés par la télé. Que veut dire Linda en suédois. En suédois cela veut dire tilleul.

Symbole d'amour conjugal, il doit cette particularité à la légende mythologique selon laquelle Jupiter et Mercure visitant la Phrygie déguisés en humains se virent chassés de toutes les riches maisons où ils demandèrent l'hospitalité. Seul un couple de pauvres bûcherons, Philémon et Baucis, les reçut de son mieux malgré leur misère. Pour les récompenser Jupiter changea leur cabane en un temple dont ils furent les serviteurs. Ayant demandé la faveur de mourir ensemble à la fin de leur vie, ils furent changés pour l'éternité, Philémon en chêne et Baucis en tilleul.
Repost 0
Published by murcia - dans murcia
commenter cet article
29 mars 2007 4 29 /03 /mars /2007 11:30

Imaginant la diva troublée sur le toit de la tour Montparnasse parlant de ses problèmes de toit je me dis je ne connais rien des désastres de toi et ma vie est seulement limitée pour vivre des petits bouts de choses tranquilles et réservées? disons, au cinquième de la tour Montparnasse? Oh? Désolé, je ne peux faire ça? Je suis dans un état mental impossiblement impossible? Elle? Elle ne peut être là? Positivement sûr? Ou c'est moi ?

Ou c'est Alice pareillement, ou c'est Asile, ou Marie ou Salima ? Je ne dois pas être ici à moins que? Je suis? Amoureux ? A? Mais pourquoi, comment? Un livre libre de l'histoire de cul à ajouter sur la colonne de gauche ? C'est cela que je signifierais au lieu de répondre à l'appel de téléphone, c'est l'horloge peut-être, ne pas répondre ! Vieux lâche ! Pas faire attention. Suis pas encore dans le bizeness totalement de toute façon.  Un pas de plus, on verra ! On verra? encore du vin, du Tautavel, total, total, pour un moment parnassien, je vous dis. Nous allons capitaliser la littérature de merde à vitesse bancaire !


Cest comme ça que tout c'est terminé ce matin sur une tombe hier, la nuit pour moi aussi. Beaucoup de vin et la langue fait des doigts par la bouche et mon esprit erre sur la tombe d'un innocent. François Villon ! Qui ne pouvait pas se taire même pendu ! Maintenant sous une pierre. Où était cette pierre ? Pas moyen de m'en souvenir. Elle était, c'est tout. Hier, dans la nuit !

Repost 0
Published by murcia - dans murcia
commenter cet article
23 mars 2007 5 23 /03 /mars /2007 10:28

Donc aujourd’hui pas d’autre objectif que celui de comprendre exactement pourquoi j’ai un employeur si désinvolte.
Mes patrons si cools et si discrets, leur amis à Paris, et dans le monde... (CVO... Qu'est-ce que ça peut vouloir dire?...)
Pas de coup de téléphone ni de Castor, ni de Pollux. Je prends le train tout à l’heure pour Paris, mon premier site, l’appartement de la Place Dauphine. Moi qui voulait être dans la bouteille je suis dans la bouteille. Je sortirai de Montparnasse et je prendrai un café. N’importe qui peut causer avec n’importe qui, dans un café. Quel vulgarité pour ceux dont l’oeuvre est d’orgarniser les belles conversations et d’en vivre. Peut-être imaginer une scène avec Alice, là.
Et maintenant Google. D’abord le mot Sexe. Ensuite le mot Blog. Ensuite cliquer entrer. Celui-là… Pas mal… Intéressant… Googleman parnassien me voilà, écrivain d’entreprise, chargé de relation richissime, pas mal, pas mal… Sex Fluctuat Nec Mergitur

Un koan? Que m'a enseigné monsieur Taisen?

Une seule main pas de son.

Repost 0
Published by murcia - dans murcia
commenter cet article
21 mars 2007 3 21 /03 /mars /2007 21:02

 

J’ai passé quelques jours à Etableau, dans la demeure du président aux pieds du château. Jacquot, le domestique, m’a accueilli avec beaucoup de froideur mais il m’a demandé de m’installer dans une chambre chaude, en face du cellier. Il m’a dit : j’ai préparé votre chambre favorite, j’ai mis la fameuse draperie représentant Diane nue, je sais que vous l’aimez.

Suis-je déjà venu ici. Jacquot a l’air d’être mort. Peut-être est-il le seul et véritable résident du lieu. Je me suis installé naturellement dans le bureau, le vaste bureau vide, si j’excepte l’ordinateur, le miroir et l’encyclopédie. Comme si l’ordinateur était né de la copulation affreuse du miroir et de l’encyclopédie !

Un matin, tandis que j’observais Jacquot qui travaillait dans le jardin, une femme est apparue sur l’accès côté château, sur mon écran. Je n’ai pu savoir si elle habitait le village. Elle avait quelque chose à me remettre, un certificat d’étude obtenu par une certaine Léone Lecoq en Seine et Marne, le 24 juin 1938.

Je n’ai pas fait attention. Quand elle est partie, j’ai cherché son nom sur le Net, Clarice Lispecteur et je l’ai écouté parlé d’elle davantage. Etrange OVNI. Sur le dos du certificat, on pouvait lire : appartement 54. 

Repost 0
Published by murcia - dans murcia
commenter cet article
14 mars 2007 3 14 /03 /mars /2007 16:58

Le cinéma autorise Orphée à se retourner sans faire mourir Eurydice, il me revient cette phrase de Godard tandis que Gabrielle passe devant la caméra de Sylvain.

Avec mon copain de France 2 c’est ainsi qu’on est allé dans le quartier des Gobelins, juste pour la voir passer.

Le cinéma autorise Orphée à se retourner sans faire mourir Eurydice, il me revient cette phrase de Godard tandis que Gabrielle passe devant la caméra de Sylvain.

Avec mon copain de France 2 c'est ainsi qu'on est allé dans le quartier des gobelins, juste pour la voir passer.

Elle, Alice, mais ce n'est pas elle, c'est Gabrielle.

Oui, d'une certaine façon, c'est un fantasme, je me demande si je ne suis pas venu à Paris pour ça, mais non, je suis venu à Paris parce que je suis un artiste. Mais non. Je suis venu à Paris parce que je veux faire une étude sur monsieur Godard, je veux étudier le temps. Le temps de Paris. Sa mémoire.

Gabrielle nous attendait. Sylvain a mis la caméra sur pied et j'ai dit c'est parti !

Je me suis énervé. Les gens passaient, ils nous regardaient, c'était pas naturel, foutue journée, j'ai dit : On plie, et moi je suis rester. Les gens sont parti. Penseur de Rodin. J'ai reçu un coup de fil. C'est ça  qui m'a sorti du rêve, c'était Pollux. Ou Castor, je les confonds.

Visiter Paris, oui, mais pourquoi, le plaisir ? Puis le type c'est approché, celui de Saint-Merry, j'avais oublié avec tout ça, plus de crédit.

Rappelle-toi lecteur attentif et curieux, je n'ai payé que pour une semaine.

Qu'est-ce que j'ai fait ? J'ai parlé avec lui. J'ai voulu savoir pourquoi je n'avais plus que trois heures à vivre.

Ruggieri? Comme l'astrologue de Médicis ?


Repost 0
Published by murcia - dans murcia
commenter cet article

Pierre Murcia

dscf4113.jpg